Vieux tour de magie pour magicien mentaliste

Déroulement du tour de magie

Ce truc de magie est l'un des plus vieux du répertoire, il est tellement connu que je ne l'aurai pas décrit s'il n'avait été brillamment modifié par un prestidigitateur américain qui exposa sa méthode dans le Sphinx.

Le magicien dans ce tour de magie prend un jeu de 52 cartes, prie un spectateur de couper ce jeu en deux paquets et d'en choisir un. Alors, tandis que le magicien tourne le dos, le spectateur prend dans son paquet un certain nombre de cartes qu'il place sur l'autre paquet. Les deux paquets sont alors réunis ensemble et bien égalisés.
Le magicien dans ce tour reprend alors le jeu et distribue une vingtaine de cartes, les jetant une à une sur la table la figure contre le tapis. Parmi ces cartes il en fait choisir quatre ou cinq et parmi celles-ci il en fait désigner une.

Il demande alors le nombre de cartes transposées et sur la réponse du spectateur, retourne la carte choisie dont le nombre de points correspond exactement au nombre de cartes transposées.

Explication de ce joli tour

Le jeu est préparé. C'est-à-dire que les treize premières cartes sont disposées dans l'ordre suivant :
En comptant à partir du dessus du jeu :

  • la 13e carte est un as :
  • la 12e — deux
  • la I le — trois
  • la 10e— — quatre
  • et ainsi de suite en terminant par valet. dame et roi


Quand on coupe le jeu, le magicien note le paquet sur lequel sont les cartes préparées et fait choisir l'autre. N'importe quel nombre de cartes (de un à dix) est alors placé sur le paquet préparé et le reste des cartes mis dessous. Dans ces conditions, la quatorzième carte portera toujours un nombre de points égal au nombre de cartes transposées.

En distribuant face en dessous sur la table une vingtaine de cartes, le magicien ne perd pas de l'œil la quatorzième carte qu'il met un peu en évidence. ce qui augmente les chances de la faire choisir parmi les cinq ou six premières

Si par hasard elle ne l'était pas, il la prend soi-même en disant : « Et enfin moi-même j'en prends une. Enfin pour l'équivoque habituelle : « Vous prenez, vous me laissez » on fait que cette carte reste finalement la dernière. C'est à ce moment qu'on demande le nombre de cartes transposées et qu'on la retourne.
Tel qu'il est décrit ci-dessus, le truc est très brillant. On conseille néanmoins d'en augmenter l'effet en se faisant bander les yeux, ce qui, on le sait, n'empêche nullement de voir en dessous si le bandeau est bien serré.

Variante du tour de magie

vieux tour de magieVoici une variante du tour de magie simple ( voir site ) que peut faire par exemple un magicien mentaliste Lyon avec un procédé dans laquelle on peut répéter le tour indéfiniment sans avoir besoin de remettre en ordre les cartes. On place onze cartes en un paquet sur la table et, pendant que l'opérateur tourne le dos, un spectateur coupe le paquet, compte sans les déranger le nombre de cartes laissées sur la table et place ces cartes sur le paquet qu'il a enlevé en coupant, après quoi il égalise soigneusement le jeu et rappelle l'opérateur.

Ce dernier prend les cartes et en retourne immédiatement une dont le nombre de points correspond au nombre de cartes comptées. Si l'on n'a pas transposé de cartes, le magicien et  mentaliste retourne une Ligure, autrement dit une carte sans points.

Pour accomplir ce tour de magie gratuit  ( voir site )vous disposez les cartes comme suit :
Placez un valet face en dessous sur la table, sur le valet posez un as, sur l'as placez un deux, puis un trois, etc..., jusqu'à .dix et conservez les cartes dans cet ordre pendant toute la durée du tour. On peut cependant les couper à volonté ; mais en replaçant le paquet sur la table l'opérateur doit s'arranger de façon à connaître la dernière carte qui est la clef de tout le mystère.

En effet, le nombre de points porté par cette carte indique à l'exécutant la carte qu'il lui faudra retourner tout à l'heure après transposition des cartes par les spectateurs.
Supposons que la carte du dessous soit un trois. Quel que soit le nombre de cartes transposées la troisième carte en comptant du dessus du jeu indiquera par ses points le nombre de cartes déplacées; si la carte du dessous est un sept, c'est la septième carte du dessus qui sera la carte indicatrice, etc...

Maintenant sans toucher aux cartes ni voir la dernière on peut répéter le tour.
En effet, supposons que la carte indicatrice soit un cinq et qu'elle occupe le neuvième rang, un simple calcul va nous indiquer quelle est la carte de dessous.
De neuf, rang de la carte, à onze, nombre total des cartes, il reste deux, la dernière carte est donc de deux points plus basse 'que le cinq, c'est donc un trois et c'est la troisième carte du dessus qui sera tout à l'heure la carte indicatrice.

Et ainsi de suite.
Dans le cas où le valet se trouve être la dernière carte on n'a qu'à montrer au moment opportun la carte qui se trouve sous le jeu. Pour mon goût, je conduis l'expérience ainsi : je ne retourne pas immédiatement la carte mais je prends la main du spectateur qui a transposé les cartes et lui demande de me regarder fixement dans les yeux en pensant au nombre de cartes déplacées.
Merci, Monsieur, lui dis-je au bout d'un instant, la deuxième (je suppose) carte va nous indiquer par ses points le nombre de cartes transposées.
Comme le rang de la carte indicatrice varie à chaque coup, cela déconcerte absolument les spectateurs.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×